CONSEILS PHOTO PHOTO(S)

Le Sony Alpha A7 RIV face aux Nikon Z7, Panasonic S1R et Canon EOS R.

Après des années à faire cavalier seul dans le monde des hybrides plein format, Sony doit maintenant faire face à une concurrence revigorée. La sortie de l’A7RIV en septembre prochain se fera face à 3 acteurs de poids : Canon, Nikon et Panasonic. Chacun aligne un boitier capable de faire de l’ombre au nouvel Alpha. Sony poursuit le travail entamé avec le A7RIII, en livrant une nouvelle version grandement améliorée. Le capteur passe à 61 Millions de pixels avec un nouveau viseur mieux défini de 5,67 Mpx et une tropicalisation de meilleur niveau. Les rafales encaissent  10 images seconde et  l’eye-tracking peut se faire sur chaque oeil en photo et en film. Tout ces atouts ne devraient pas laisser place au doute. 

image

Que vaut le A7RIV face à la concurrence ?

Le métier de photographe a grandement évolué, il n’est pas rare dans un même journée de shooter des portraits en très haute définition, capturer des mouvement à 10 images secondes, tourner une vidéo 4K et vouloir tout envoyer dans la foulée sur son smartphone. Les photographes sont devenus des touches à tout ultra créatifs, les nouveaux boîtiers doivent suivre la tendance et être ultra polyvalents. 

 

 

C’est Nikon qui a dégainé le premier avec le Z7 à l’automne 2018. Le fabricant a réussi le tour de force de faire rentrer l’un des meilleurs appareil numériques, le D850, dans un boîtier hybride. Les caractéristiques base ne changent pas, 45,7 Millions de pixels, une bonne dynamique d’image, un autofocus sur 90% du capteur et une rafale à 9i/s. A cela s’ajoute l’eye-focus,  une construction touts temps solide et la possibilité de filmer en 4K au format ProResRaw 10 bits, via un enregistreur externe (type Atomos Ninja V). On peut regretter qu’il ne le fasse pas directement sur la carte XQD du boîtier mais vu le débit et la quantité d’images à enregistrer, il est plus sûr et plus rapide de le gérer via le SSD de l’enregistreur.

 

Nikon Z7
Nikon Z7

Je n’ai pas grand chose à reprocher à ce Z7 qui grâce à la bague FTZ (299 €) permet d’utiliser sans limitations, l’intégralité de son parc optique à monture F. Les nouveaux objectifs Z sont encore peu nombreux même si la qualité est bien au rendez vous. La nouvelle monture plus large permet des formules optiques plus simple et plus performantes. Le piqué est plus homogène et les objectifs souvent plus légers. 

On pourra reprocher à Nikon son manque d’expérience en vidéo et l’apparition tardive de fonctions dédiées au film comme le N-Log ou un AF vidéo fiable et rapide. Mieux vaut tard que jamais, car ces oublis ont longtemps pénalisé les possesseurs de Nikon qui devaient passer par un autre constructeur pour le matériel vidéo. Des kits Film Maker, en partenariat avec Atomos,  permettent même de s’équiper intégralement (boitier + optique + steadycam + Recorder) à un prix intéressant.

Panasonic est entré dans le monde du plein format en février 2019 avec le S1R. 47 Millions de pixels dans un boîtier qui contrairement à ses petits camarades monte à 1 kilo soit le poids d’un reflex avec miroir. Il bénéficie d’une construction solide et d’une bonne étanchéité aux poussières. Le S1R partage des mêmes atouts que les autres appareils, eye-détection, stabilisation du capteur sur 5 axes, bonne gestion des basses lumières et viseur électronique performant. Seul bémol, sa cadence image est la plus basse des quatre avec 6 images par seconde.

 

PANASONIC-LUMIX-S1R-Mirrorless-Full-Frame-camera
PANASONIC LUMIX S1R

La vraie richesse du Lumix vient de l’expérience de Panasonic en vidéo et de ses modes vidéos très complets. Il est seul, à l’heure actuelle à enregistrer en 4K 60p en interne. Le mode V-log  et l’enregistrement 4.2.2 10 bits sont en option payante à 199€.

Cerise sur le gâteau, Panasonic fait partie du L-mount Alliance qui regroupe Leica et Sigma. Il permet au boitier de bénéficier de la monture unique L, qui équipe déjà le Leica SL et de profiter de sa légendaire qualité optique (si le budget n’est pas un problème pour vous) ou des excellents modèles de Sigma. 

Update : Panasonic va sortir à l’automne une nouvelle déclinaison , le S1H, orienté film capable de filmer en 6k 24P.

Des Big Three, Canon est le dernier à sortir son hybride plein format. On l’attendait chez les pros et c’est un boitier amateur qui est arrivé. La liste des regrets est longue comme le bras, définition limitée à 30 Mpx, construction et ergonomie loin des standards professionnels, absence d’eye-focus (arrivé avec la MAJ 1.2 de Février 2019) et de stabilisation 5 axes, recadrage prononcé en vidéo, plage dynamique restreinte, utilisation des antiques batteries LP-E6 qui ne conviennent plus à des hybrides… Quel dommage quand on sait que la marque est la seule a vraiment proposer des objectifs vraiment audacieux comme le 28/70 f2, 50mm f1,2. Elle vient même de déposer les brevets pour un zoom 50/80 à très grande ouverture entre f1,1 et f1,8. Ce n’est pas encore une annonce mais on peut espérer voir des optiques inédites de grande qualité apporter du sang neuf sans le monde de la photo.

 

Canon-EOS-R-Mirrorless-Full-Frame-Camera

Croire que Canon a tout donner avec l’Eos R serait l’enterrer un peu vite. Depuis plusieurs années la marque travaille à réaliser son propre capteur. Il a développé un prototype de 250 Mpx en 2015. Des rumeurs parlent d’un modèle haute résolution entre 80 à 100 Mpx pour 2020. Peu d’infos fiables pour l’instant, mais on espère voir Canon va rectifier le tir avec une annonce fracassante.

Toutes ces données techniques, bien qu’alléchantes ne feront pas de moi,  par miracle un bon photographe. Le choix d’un appareil se fait d’un point de vue plus global sur ses méthodes de travail. Pour ma part, la transition vers Sony se fait pour de multiples raisons. 

  • la résolution : J’ai toujours aimé les images extrêmement bien définies qui permettent de fort agrandissements. Le passage à 61 Mpx est une amélioration déterminante pour moi. J’apprécie également que la cadence image puisse suivre cette résolution  à 10 fps.
  • Cohérence photo / vidéo : Sony excelle en photo mais aussi en vidéo. Je cherche à créer un écosystème polyvalent où mes optiques et boitiers serviront dans les deux mondes avec le même niveau d’exigence. 
  • la légèreté du boitier : J’ai pendant des années milité pour du matériel lourd qui était synonyme pour moi de robustesse. Après avoir utilisé un A7RIII, j’ai vraiment apprécié de soulager mon dos et manipuler un appareil plus discret que mes pourtant très efficaces reflexs.
  • Eye-Focus : Le système de mise au point sur l’oeil est redoutablement efficace. J’aurais aimé en profiter sur certaines séances où la mise au point est particulièrement délicate en basse lumière ou en mouvements par exemple.

 

Conclusion :

L’appareil photo parfait n’existe pas mais les avancées technologiques actuelles ouvrent de nouveaux horizons créatifs qu’il seraient dommage de ne pas explorer. Lors du dernier festival de Cannes, je discutais avec les autres photographes des magazines. L’un deux se plaignait que l’eye-focus de son appareil avait un peu perdu la tête lors d’un photo de groupe. L’un d’eux équipé en Leica M, préférait garder le contrôle sur ses images tout en manuel. Nous avons fini par tomber d’accord que toute cette technologie est formidable mais que meilleur appareil photo est celui que l’on connait sur le bout des doigts et qui nous laisse entièrement libre de créer.

 

PS: J’ai volontairement exclu le Leica SL de mon test malgré l’extrême qualité des images produite (j’ai testé le Leica Q2 avec qui il partage le capteur et le logiciel de traitement). Premièrement de par sa résolution de 24MPx mais aussi pour son prix (10600 € avec le 24/90 f2.8/4) qui le cantonne à une niche.

Le Nikon Z7 est à 3299 € chez Prophot

Le Panasonic S1R est à 3699 €

L’Eos R est à 2499 €

L’Alpha A7RIV est en précommande à 3990 €

 

 

(4 commentaires)

  1. Salut Séb,

    Pour le Canon EOS R, l’eye-AF y est depuis fin avril avec la MàJ 1.2. Pour la dynamique, c’est de plus en plus légende urbaine influencée par les tableaux de score DxO (qui se cantonne à afficher la mesure à 100ISO), les mesures détaillées du même site démontre que l’EOS R fait quasiment aussi bien que le Z7 et légèrement mieux que le S1R dès qu’on dépasse 200ISO. Pour la batterie, Nikon a fait le même en gardant celle des derniers reflex, à mon avis une façon de faire une transition plus douce. Par rapport à la notion d' »amateur », c’est plutôt le Rp qui correspond, si désignation il devait y avoir je classerais plutôt l’EOS R « expert », comme le Z6. En revanche, l’absence de stabilisation et le recadrage en 4K, surtout pour une marque si présente dans le domaine vidéo, est clairement une déception accentuée par le fait que les autres proposent au moins la stab.

    J'aime

    1. Hello Alex, merci pour les infos, j’ai mis à jour l’article. Je trouve que l’Eos R se place plus en concurrent d’un A7III avec un peu moins d’arguments en sa faveur.
      Tu as un Eos R ? Je serais curieux de voir sa plage dynamique sur un fichier raw.
      Même si je reconnais l’effort pour les batteries LPE-6 (lancées en 2008) d’assurer la retro-compatibilté, elles restent sous dimensionnées. Les EN-EL15b de Nikon Z7sont une évolution de la batterie sortie en 2011. Elles ont un circuit interne qui limite la perte d’énergie et donc les rend plus performantes. J’ai récemment acheté un écran pour filmer, j’avais le choix de prendre un modèle avec des platines interchangeables Sony ou Canon. Je me suis dit je vais enfin pouvoir utiliser mes 6 ou 7 LPE-6 qui me restent des mes précédents EOS. Le spécialiste du magasin me l’a déconseillé car j’aurais passé mon temps à changer et recharger les batteries. Je reconnais que c’est un peu différent d’un usage photo mais un hybride c’est un écran et un Evf qui consomment énormément d’énergie.

      J'aime

      1. Re Séb,
        Je pense que le Z6 est aussi en concurrence avec l’A7III, du coup EOS R et Z6 entre eux fatalement.
        Je n’ai pas pris l’EOS R mais j’ai testé un peu tous les hybrides sauf le Panasonic S1R, conclusion je reste en reflex encore quelques temps ^^ l’EVF ne m’attire pas et je ne filme pas (si c’était le cas oui, avec en plus le focus peaking le passage à l’hybride serait même fait depuis l’A7 II), quand il n’y aura plus d’autre choix que de passer à l’hybride on verra les nouveautés optiques chez Canon et Nikon à ce moment parce que pour le moment s’il fallait passer à l’hybride j’irais plutôt chez Sony, encore.
        Mais depuis quelques boitiers déjà, la dynamique en retrait de Canon n’était sérieuse qu’à bas ISO, je l’avais déjà constaté entre mon D750 et le 6D d’un ami même si c’était plutôt jusqu’à 800ISO que le Nikon faisait mieux, au-delà kiff-kiff. Comme je n’y suis pas passé je n’ai pas gardé les images, c’était des images tests sans intérêt à conserver mais à part le Z6 qui sortait un peu plus du lot sur ce point les autres semblent similaires.
        En revanche EOS R comme Z6 et Z7 j’ai trouvé l’autonomie quasiment aussi « moyenne » sur les deux, en tant qu’habitué aux reflex évidemment et à côté de l’A7III aussi, je pense que les deux marques auraient pu profiter de changer de système pour faire des batteries adaptées et plus compactes (aussi un point qui ne m’a pas paru assez intéressant, même face à mon D810, les Z6/Z7 s’il faut coller une bague d’adaptation dessus pour la plupart des objectifs ça ruine un peu le gain de poids et d’encombrement, éventuellement si Nikon nous sort une belle gamme f/2.8 je commencerai l’hybride avec du léger pour les photos persos pour y passer progressivement).

        J'aime

      2. J’ai testé mon D850 et le A7RIII l’un après l’autre. C’est sûr, le viseur électronique paraît alors très artificiel. Par contre, en utilisation solo, le viseur électronique ne me choque pas et devient même indispensable en pleine lumière pour consulter précisément ses images.
        Pour les hybrides, il faut garder en tête qu’il faut au minimum 3 batteries et qu’on ne fera pas avant un petit moment 1000 photos sur une charge comme avec un reflex. Je suis assez confiant pour les optiques Nikon. Le 24/70 f4 a un piqué très homogène, ce qui est d’habitude le défaut principal des optiques de base. La version f2.8 est très bien noté, ce qui laisse augurer de belles optiques fixes en 1.8…

        J'aime

Répondre à Alex Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s