PHOTO(S) TEST PHOTO

Faut-il craquer pour le Sigma 70/200 f2.8 Sport ?

Dans la sainte trinité des zooms photo, le 70/200 a toute sa place aux côtés des 16/35 et 24/70. C’est l’optique indispensable pour les portraits, les concerts ou la photo animalière. Depuis quelques années tous les fabricants ont sorti des modèles très aboutis aux ouvertures f2.8 et f4. Difficile de faire son choix parmi toutes ces réferences, surtout quand certains modèles peuvent atteindre le prix d’un bon boîtier. C’est le moment de tester ce zoom Sigma et de voir ce qu’il a dans le ventre.

1- L’objectif 

J’ai reçu la version avec une  monture Nikon F pour un D850. Elle est aussi disponible en Canon EF et Sigma. Bonne nouvelle, cet objectif est éligible au « Mount Conversion System ». Ce qui signifie que si vous switchez de Canon à Nikon, la monture peut être changée et devenir une monture Nikon originale sans adaptateur. Une bonne solution pour créer son parc optique et voir venir les évolutions des boitiers en toute sérénité.

70/200 f2.8 DG OS HSM Sigma Sport

Le Sigma 70/200 f2.8 DG OS HSM Sport est un objectif assez imposant habillé de noir légèrement granité. La finition est très belle et résistante aux poussières et au mauvais temps. Je ne l’ai pas vérifié dans le détail car pour une fois j’ai eu la chance de ne pas passer 10 jours sous la pluie. L’optique est livrée avec un collier de pied qui possède un clic pour le placer parfaitement à la verticale ou à l’horizontale. Certains devraient s’en inspirer tant ce repère est pratique. Petit plus, il est directement compatible sans adaptateur avec les rotules Arca Swiss.

Sur la partie gauche du fût se trouve un commutateur manuel/ AF, un limiteur AF à 3 mètres pour réduire la plage de recherche et accélérer la mise au point. Juste en dessous, les deux modes de stabilisation optiques et Stabilisation off pour les photos sur trépied. Le premier mode stabilise les mouvements verticaux et horizontaux, alors que le deuxième stabilise les mouvements mais autorise la réalisation de filés. La stabilisation optique permet de gagner 2 ou 3 stops suivant la focale.

boutons de personnalisation du 70/200 f2.8 Sigma Sport

Le dernier jeu de boutons  concerne les deux de personnalisation C1 et C2.  Il est possible, suivant sa pratique de personnaliser son optique, en assignant une vitesse d’AF, une priorité de MAP et de stabilisation. A coté de la bague de mise au points trouvent 2 boutons personnalisables. Suivant le menu de l’appareil où le dock optionnel Sigma, ils peuvent être assignés à bloquer la mise au point par exemple. Une petite fenêtre indique la distance de mise au point. Malheureusement Sigma n’est pas allé jusqu’au bout en proposant un échelle de profondeur de champ toujours très pratique. La large bague de zoom permet de passer de 70 à 200 mm en un mouvement, grâce à une course relativement courte. Le déplacement des lentilles se fait en interne et ne change pas la taille de l’objectif.

L’optique est livrée avec un pare soleil très efficace qui m’a évité tout Lens flare. Un bouton permet de le verrouiller dans la bonne position . Un petit détail de plus qui montre tout le détail apporté à son design. A cela s’ajoute une sacoche bien rembourrée avec dragonne pour le transport et un jeu de clé pour démonter collier de pied.

Malgré son poids de 1,8 kg, ce zoom est bien équilibré et très agréable à prendre en main. Même après trois jours à le porter pendant 8 heures non stop, je n’ai pas senti de différence avec le modèle Nikon que je loue régulièrement. A l’usage ce poids ne m’a pas trop dérangé même si je dois bien reconnaître que je suis bien content le soir de le ranger dans mon sac.

2 – L’Autofocus

Cette optique Sigma mérite bien sa dénomination de Sport. Grâce à une motorisation HSM (Hyper Sonic motor) l’AF est très rapide et silencieux. Il n’a jamais été pris en défaut même dans des conditions de lumières difficiles. Bien sur, cela dépend de l’appareil photo qui peut booster ses performances grâce à une meilleur plage AF ou un IA plus développée.

En mode manuel, la bague de mise au point bien proportionnée, permet une retouche du point précise. Comme pour la bague de zoom, le revêtement antidérapant assure une bonne prise. J’apprécie également qu’elle possède une butée à chaque extrémité plutôt qu’une course infinie.

3- Qualité d’image

Sigma a choisi une formule optique en 10 lentilles, 9 en verre FLD  (« F » Low dispersion) et 1 en verre SLD (Special Low Dispersion). Pour être plus clair, l’aberration chromatique est mieux contrôlée et le piqué est présent dès f2.8. C’est vrai le piqué est élevé au centre à toutes les ouvertures. Il l’est un peu moins sur les bords de l’image. Les meilleurs résultats sont obtenus entre 5,6 et 8 avec toujours un prédominance de piqué au centre.

Et dans la vraie vie alors ?

En photo animalière, en sport ou même mode, cette différence de piqué n’est pas forcément très visible et le rendu général de toutes mes séries montre des images très détaillées.

Image réalisée au 70/200 f2.8 Sigma Sport.

Les distorsions géométriques sont plutôt bien contenues. Elles sont en barillet au 70mm et en coussinet au 200mm. Le vignettage est présent à pleine ouverture et disparait f5.6. Comme l’aberration chromatique, le vignettage et les distorsions se corrigent très bien et facilement en post-production. 

Piqué d’une image réalisée au 70/200 f2.8 Sigma Sport.

4- Bokeh

Sigma a mis tous chances de son côté en équipant son diaphragme de 11 lames afin d’obtenir une forme bien ronde. Le bokeh est une affaire de gout, je le trouve pour ce modèle Sport plutôt réussi, mais quelques images à pleine ouverture seront plus parlantes.

5- Conclusion

Ce 70/200 f2.8 Sport, ne manque pas d’atouts. Il est équipé d’un autofocus rapide et silencieux, sa qualité de fabrication et sa protection tout temps le prédisposent à l’aventure et aux grands espaces. Cela ne doit faire oublier sa grande qualité optique et son piqué très élevé au centre de l’image. Seule ombre au tableau, l’homogénéité qui aurait pu être meilleurs sur les bords de l’image. Pour obtenir de meilleures performances, il faudra dépenser beaucoup plus. C’est d’ailleurs un des atouts majeur de cette optique, à 1400 €, il est bien moins cher que la concurrence et permet avec l’argent économisé de s’offrir au choix l’excellent 50mm f1.4 ou le 24 mm f1.4.

COOL :

  • AF rapide et silencieux
  • Qualité de fabrication 
  • Collier de pied avec verrouillage
  • Qualité d’image générale et piqué au centre de l’image
  • protection tout temps
  • Pare soleil efficace
  • Stabilisation optique
  • Personnalisation des réglages AF

PAS COOL :

  • Un peu lourd
  • Homogénéité un peu en retrait sur les bords

Le Sigma 70/200 f2.8 DG OS HSM Sport est disponible chez Prophot au prix de 1379€

(4 commentaires)

  1. Je suis passé du 70-200 Canon à ce sigma sports. Franchement , cet objectif c’est le top et niveau piqué y’a rien à dire ( je l’utilise entre 2,8 et 8 principalement ) . Le fait de pouvoir le paramétrer avec le dock est vraiment top . En plus , même en usage intensif , il ne sollicite que très peu la batterie de l’appareil comme j’ai pû le remarquer . Rien à voir avec les anciens 70-200 sigma d’avant .

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :